Rue des Corneilles

Lieu : Siège de la Compagnie Oniropostale
Localisation : Rue des Corneilles

 

La Rue des Corneilles, la plus longue de toute la Cité de Minuit – en dépit du nom que porte sa jumelle, la mal nommée Grande Rue – s’étend entre la Grande Place et le Pont de Minuit, la plus belle arche qui donne sur le Désert. Vous aimeriez y faire un tour mais ce sera pour plus tard, car le siège de la Compagnie Oniropostale va bientôt fermer ses portes.

Il s’agit d’un grand immeuble sombre en forme de coquille d’escargot, une étrange géométrie que l’on dit apparue là par hasard, comme une mauvaise herbe qui aurait pris ses quartiers. Lorsque vous arrivez devant l’entrée, vous vous demandez ce que vous allez bien pouvoir dire à la personne qui vous accueillera.

À l’intérieur, ce n’est que bruits feutrés et douceur : une moquette blanche et moelleuse qui donne envie de s’y allonger pour dormir, des tapisseries aux motifs de volutes, dorées sur fond crème, d’innombrables banquettes et fauteuils appelant à la sieste. Ici, peu de touches de bleus, comme c’est le cas partout dans la Cité, mais beaucoup de lumière et de chaleur.

Ignorant où vous devez vous rendre, vous vous dirigez vers le pupitre près de l’entrée, où se tient un agent d’accueil occupé à griffonner dans son registre. Il lève la tête à votre approche et vous sourit ; c’est un homme grand et élégant, avec un costume gris bleu, un visage fin et dessiné, et des cheveux blancs retenus en arrière.

« Vous désirez ? » vous demande-t-il d’une voix agréable.

Le registre d’accueil sur le pupitre

Comme vous ignorez exactement ce qu’il vous faut, vous tentez d’expliquer à l’homme que vous cherchez un pilote d’oniropostale afin de lui poser des questions sur la navigation.

« Vous n’en trouverez pas ici, vous répond l’homme. Les pilotes viennent rarement au siège. En revanche, je peux vous proposer de vous rendre aux plateformes, sur la Grande Place. Vous aurez plus de chance là-bas. »

L’homme vous invite d’un geste à le suivre jusqu’à la sortie du bâtiment ; en chemin, sur les murs les plus proches de la porte, vous pouvez découvrir d’étonnantes photographies sur lesquelles sont représentés des véhicules dirigeables de toutes les formes. Ils ont en commun de posséder des ballons de papier blanc et des structures en oneirium ouvragé et torsadé, mais rien de plus. Aucune oniropostale ne ressemble à une autre. À côté des images est accrochée une maquette.

La maquette d’une oniropostale

« Ils sont beaux, n’est-ce pas ? sourit l’homme en voyant que vous observez les photographies. L’on raconte que le tout premier a été conçu par celui qui a créé la Cité de Minuit. Il serait revenu il n’y a pas très longtemps, vous le saviez ? »

Sans comprendre, vous lui répondez que vous ne saviez pas, mais que vous aimeriez beaucoup en apprendre sur le sujet. Pour cela, l’homme vous suggère de vous rendre dans les Archives oubliées mais il vous prévient aussi que ces dernières sont fermées aux visiteurs pour une durée indéterminée. Il vous faudra donc patienter.

Après avoir salué votre guide, vous quittez le bâtiment et vous dirigez vers la Grande Place.